GUICCIARDI Giulietta (1774-1856)

Giulietta Guicciardi (1774-1856)

Julie Guicciardi naît à Przemyśl en Galicie (actuellement en Pologne) en 1782. En juin 1800, elle s'installe à Vienne avec ses parents. Cousine germaine des sœurs Brunsvik, c'est grâce à leur intermédiaire qu'elle rencontre Beethoven qui devient son professeur de piano. Sensible au charme de son élève (dont la beauté est remarquée par l'aristocratie viennoise), il s'en éprend et lui dédie sa sonate pour piano n°14 (dite "Au clair de lune"). Heureux, le compositeur fait part de sa bonne humeur à son ami Wegeler :

" Ma vie est de plus en plus agréable, j'ai retrouvé mon énergie et sors à nouveau, fréquentant la société. Tu sais quelle désolation, quelle tristesse ma vie a été ces deux dernières années, et ce changement a été provoqué par une fille douce et enchanteresse, qui m'aime et que j'aime. Après deux ans, j'apprécie de nouveau quelques moments de bonheur, et c'est la première fois que je pense que le mariage pourrait me rendre heureux, mais malheureusement elle n'est pas de ma classe sociale et je ne pourrai certainement pas l'épouser. "

L'amour reste dans un premier temps réciproque. La jeune femme fait don au musicien d'un portrait d'elle qu'il conservera toute sa vie. Malheureusement pour Beethoven, Giulietta préfère se fiancer avec le comte Wenzel Robert von Gallenberg, compositeur secondaire mais digne de son rang. Elle l'épouse en novembre 1803 et le couple s'installe par la suite à Naples durant vingt ans. Elle finit ses jours à Vienne où elle décèle le 22 mars 1856, âgéé de 73 ans.

Selon Anton Schindler, premier biographe de Beethoven, Giuletta Guicciardi aurait été "l'immortelle bien-aimée" de Beethoven, mais cette thèse à depuis été discréditée par de nombreux biographes.