SCHINDLER Anton (1795-1864)

Anton Schindler (1795-1864)

Anton Schidler naît le 13 juin 1795 à Medlov en Moravie. Issue d'une famille pauvre, il s'installe à Vienne afin d'y suivre des études de droit. Par la suite, il travaille comme clerc de notaire entre 1817 et 1822. Parallèlement, Schindler se consacre à la musique et joue du violon dans plusieurs ensembles musicaux. C'est en 1814 qu'il rencontre Beethoven dont il devient le secrétaire bénévole dès 1822 (vivant même dans la maison du compositeur). A cette occasion, il met un terme à sa carrière juridique et devient premier violon du Théatre in der Josefstadt, puis trois ans plus tard, au théâtre am Kärntnertor. Après une brouille de deux ans qui débute en mai 1824, Schindler réintégre le cercle des amis du compositeur jusqu'à la mort de ce dernier. Il part ensuite à Budapest (emportant au passage de nombreux documents ayant appartenu à Beethoven) et devient professeur de musique. Après un bref retour à Vienne en 1829, il devient deux ans plus tard chef d'orchestre à Münster Allemagne. En 1835, on le retrouve comme directeur municipal en charge de la musique à Aix-la-chapelle.

C'est en 1840 qu'il publie la première biographie du compositeur. L'ouvrage rencontre un grand succès (il est publié à plusieurs reprises en 1845, 1860 et 1871) et forge l'image idéalisée que le XIXe se fait de Beethoven. Bien plus tard, notamment avec les travaux Thayer, cette biographie devient l'objet de nombreuses critiques. Possédant les cahiers de conversations (ayant servi au compositeur lorsqu'il était totalement sourd), il en revend 137 à la Bibliothèque Royale de prusse en 1845. Plusieurs spécialistes pensent qu'il a jeté un grand nombre de cahiers de conversations du maître (qui lui avait pourtant prié de tous les conserver). D'autre part, ils fut démontrés en 1977 que plusieurs notes de Beethoven avaient été fasifliées. Afin d'exagérer son rôle auprès du compositeur, Schindler n'a pas hésité à faire plusieurs ajouts apocryphes. Depuis, les écrits de Schindler ont considérés comme peu fiables. Depuis quelques années, certaines études1 tentent de réhabiliter Schindler qui aurait été accusé à tort d'avoir détuit de nombreux documents du mâitre (en particulier les cahiers de conversations). 

  • 1. Notamment l'article de TheodoreAlbrecht (Kent State University) : Anton Schindler as destroyer and forger of Beethoven's conversation books : A case for decriminalization"